10/10/2012

* Variations de l'estampage.

Variations De l’estampage.

C’est ici que les Romains… En effet, la Montgolfière estampée sur ce type de plume pourrait faire couler beaucoup d’encre… Et c’est le cas, puisque dans le numéro XX du second quadrimestre 2003 de la publication « Au Fil de la Plume », Francis Maes, en pages 10 à 12 évoquait déjà ses particularités et diversités, et invitait les collègues collectionneurs à poursuivre cette étude en apportant leur contribution en la matière.

Avant d’entreprendre l’étude de l’estampage de la plume Ballon, petit rappel des éléments principaux de la montgolfière, termes qui seront utilisés pour détailler les clichés repris en annexe :

Montgolfière éléments.jpg

Emplacement par rapport à l’ajour et Texte en Surimpression.

 En règle générale, l’estampage est centré et situé à environ 2 mm de l’extrémité de l’ajour.  Parfois, il est décalé jusqu’à empiéter sur la fente ou décalé vers le talon ; il arrive ainsi que la légende imprimée sur le corps de la plume déborde en surimpression sur l’estampage).

La Forme de l’enveloppe.

Elle est rarement entièrement ronde comme dans l’estampage stylisé de la plume suisse « Lancaster , ou encore sur les plumes « ‘’Montgolfier’’ N° 172 de Blanzy France »,  « Sommerville A. & C° Makers 920 »et TOMME - LEPOINT N° 47.  En règle générale l’enveloppe est ovale ; ovale classique (Alpha 4 EF, Avia Pen S.N.C.F.B. 2828 M N.M.B.S, parexemple) ou ovale étiré (Brause 230 EF, Callewaert Fs Bruxelles Déposé Très Fin, entre autres)...

Le contour de l’enveloppe est souvent bien dessiné et même bien tranché (Alpha 4 EF, Baignol & Farjon 587 F) Mais il arrive que ce contour soit oublié, comme dans l’exemple des plumes « Herm. Mullers 1821 F et 1821 EF ». 

 

La base de l’enveloppe s’étire généralement en triangle inversé au dessus du brûleur.  Cet étirement situé entre les suspentes latérales peut être très court (Brause & C° 230 EF Iserlohn), moyen (Etat Belge 230 EF Belgische Staat) ou allongé (Baignol & Farjon Stratosphère 281) à très allongé (Baignol & Farjon ‘’Andre’’).

Le Relief.

Il est présent sur la grosse majorité des plumes examinées.  Quelques exceptions toutefois, comme sur la « Lancaster » suisse déjà citée ou encore la « Plume Ballon Extra Fine 047 ».  Une curiosité : l’estampage de la Plume « Herm. Muller  N° 1821 » sans relief pour l’enveloppe, mais avec relief pour la nacelle.                                                                                                                              

La suspente.

Elle s’élargit depuis le haut de la nacelle vers l’enveloppe en lignes divergentes.Il arrive toutefois que les éléments de la suspente soient rigoureusement parallèles comme dans le cas de la plume « Callewaert usuelle EF 047 » ou encore pour la plume « Office de Publicité Bruxelles ».

Enfin, mais il s’agit d’une plume vraiment atypique, la suspente de la « Lancaster » s’élargit inversement, de la base de l’enveloppe vers la nacelle.    

Les Filets.

On distinguera les filets horizontaux, généralement situés à la base du premier tiers supérieur de l’enveloppe et les filets verticaux, formant en s’entrelaçant des petits losanges et/ou triangles en nombre variable sur toute la surface de l’enveloppe. Les filets verticaux sont parfois plus espacés entre eux, formant de plus grands losanges : c’est le cas e. a. des plumes « Herm. Muller’s N° 1821 », « Plume Ballon Extra Fine 047» et « Office de Publicité ».  Les filets horizontaux (2 dans la plupart des cas) peuvent être bien distincts (Duculot Tamines N° 147 EF, E.W. Cie 100 et 200, Erasme 214 EF …)

Ils sont parfois finement ciselés et dédoublés (CDR 547, Cie Fse Plume Aérostat, Frankfort J. Bruxelles N° 0279).  A l’inverse, ces 2 filets peuvent être grossièrement imprimés, (Durandal Belgique, Lothier L.S.G.), etc.  Si l’horizontale prédomine, l’impression des filets peut aussi être convexe (Avia Pen 2324 EF, 2325 F).

Les 2 filets se résument parfois en deux simples lignes, plus espacées entre elles et disposées plus près de l’extrémité supérieure de l’enveloppe. C’est notamment le cas pour certaines plumes « Baignol & Farjon André EF et Kemmel N° 279.

Autre disposition : chez la plume « Ervi », les 2 filets horizontaux sont disposés au 1er et 2ème tiers de la surface de l’enveloppe.   Enfin, ces 2 filets peuvent être réunis en une bande transversale épaisse et boursouflée de la largeur des deux filets (Gilbert & Blanzy Poure Aérostat N° 1172, 171 EF, N° 172, etc.)   L’absence de filets horizontaux se remarque sur l’incontournable « Lancaster » mais aussi sur la « Herm. Muller’s 1821 ». 

Sur la P.V. 25004 et la Majestic, l’absence des filets horizontaux découle vraisemblablement d’un phénomène d’usure du poinçon d’estampage.

On notera la précision du détail et le fin ciselé des filets horizontaux et verticaux sur les plumes Belgica 1930 EF, CDR 547, De Jaegger 33 EF, e. a. ; l’estampage de ces différentes plumes est signé : Cie Fse (Compagnie Française, Boulogne/Mer).

Le Brûleur.

Présent et de taille variée, ou non représenté, le brûleur est un bon critère de différenciation des estampages de la Plume Ballon.

Il est absent notamment sur les plumes « Callewaert Fs Bruxelles Déposé très Fin », « Hinks Well’s & C° 1769 EF Birmingham et England », « Lancaster Swiss Made »,   « Locati (ancre) N° 456 E.S.E.C.S.F. », les divers types des plumes « LUS 1937 Balon », « Natowitz & Cie 047 Anvers EF», « Office de Publicité Bruxelles » et les plumes « Perry E.S. 440 EF London Type 2, 440 F London, 440 M London, et 441 EF Ballon London ».

Il est représenté sur toutes les autres plumes étudiées reprises dans les clichés en annexe.

 Le brûleur est :

  -          soit à peine ébauché, « Avia Pen 2325 F », « Baignol & Farjon Kemmel N° 279 », « Durandal », « Bristol Pen N° 3632  F », etc.,

 -          soit de taille moyenne à grande « Belgica 1930 EF Ballon », « CDR 547 », « Che de Jaeger Calligraphie de S.M. le Roi des Belges 33 EF », « G.B. EF », « Manufacture Belge Floreffe EF 45 », etc.,

 -          ou enfin hypertrophié au point d’atteindre le bas de la nacelle : « Brause & C° 230 EF, « G.M.B. 147 EF ».

On notera également que le brûleur (tout comme la nacelle dont nous parlerons plus loin) contribue à la distinction de ‘’Types’’ pour des plumes ayant la même dénomination, comme par exemple les « Baignol & Farjon ‘’André’’, Kemmel et Stratosphère »,  les « Brause & C° 230 EF », les « Cie Fse Aérostat », les « Gilbert & Blanzy Poure Aérostat », les « LUS 1937 », les « John Mitchell’s EF 047 et F 048), etc.

La Nacelle.

A l’exception de la plume « Alpha 4 EF » où la nacelle a la forme d’un parallélépipède rectangle inversé et de la « Lancaster » représentée par un cylindre assez grossier, toutes les autres nacelles ont une base à structure concave, dont l’épaisseur est très variable. Ainsi, elle peut être très fine et sans relief  comme la « Durandal ».

La concavité est quelquefois à peine marquée, notamment sur les plumes « Cobaltea ».   Par contre, elle est très prononcée au point de ressembler à la base d’une ancre de bateau pour les plumes « Avia Pen », « Cie Fse Aérostat », « Bristol Pen 3362 F », « E.W. Cie 200 », « Erasme 214 EF », « G.M.B. », « Gilbert & Blanzy Poure » et bien d’autres, reprises dans les planches en annexe.

La forme de la nacelle est parfois grossièrement ébauchée comme dans les exemples ci-après : « Baignol & Farjon ‘’André’’ Type 3 », « Baignol & Farjon Stratosphère », « LUS 1937 », ou asymétrique pour les plumes « Herm. Muller’s 1821 et 1821 F ».

Les Drapeaux.

Formes et présentations également très variables. Sur certaines plumes, les drapeaux sont à angle droit par rapport à la nacelle, c.à.d. parallèles aux bords latéraux de la plume. C’est le cas pour l’ « Alpha 4 EF », la « Baignol & Farjon ‘’André’’ Type 1 », la « Baignol & Farjon Kemmel N° 279 Type 1 », la « Baignol & Farjon Stratosphère 281 », les « Herm. Muller’s N° 1821, 1821 F et 1821 EF » et la « N° 2850 sans marque ».

Sur les autres modèles d’estampage, les drapeaux forment un angle aigu avec les bords de la nacelle.  Parfois, les drapeaux atteignent ou dépassent le bord inférieur de la nacelle par exemple chez la « Brause & C° 230 EF ».  Comme on le voit, ces quatre éléments (enveloppe, brûleur, nacelle et drapeaux) pris séparément ou associés, contribuent donc à déterminer l’estampage du fabricant et à fixer son origine, dans le cas de plumes libellées à titre privé ou professionnel par des détaillants (papeteries, librairies, carteries …) ou des organismes officiels (entreprises d’état, ministères, chemin de fer, etc.).

 
 
 °°°

A qui décerner l’Oscar des plus belles estampes ? Choix bien subjectif, mais certainement pas à celles de la firme italienne LUS (Legnani Umberto, Saronno) qui me semblent bien bâclées…  Personnellement, j’attribuerais le prix de l’originalité à la « Lancaster » suisse, talonnée par l’ « Alpha 4 EF » de Lausanne.Un coup de cœur spécial pour la «  Kaquet Henri, Montegnée » et ses nombreux homologues belges (fabriquées en France par la Cie Fse).

* Variations de taille, découpe, jour, couleur et lettrage.

Variations de Taille.

La longueur moyenne de la plume Ballon est de 40 mm.  Les variations de taille sont importantes.  Mesurées à l’aide d’un pied à coulisse digital, les cotes extrêmes recensées sur le matériel étudié sont respectivement de 38,40 et 44,15 mm.

Ballon tailles.jpg

Il s’agit des plumes « La Rapide R.D.B. » française, et « Plume Ballon E F », anglaise, de la firme M. Myers & Son, Birmingham.  On notera également que les bords latéraux postérieurs ne sont pas toujours régulièrement parallèles mais parfois légèrement cintrés, comme dans l’exemple de la grande plume ci-dessous.

Variations de La Découpe.

Une seule plume examinée présente sur ses bords latéraux, du talon vers la pointe, un bord crénelé.  Elle ne porte aucune inscription ; sa mesure est de 38,87 mm. (plume vierge extraite d'une boîte Ascencion).

ballonondulée.jpg


Il en existe probablement d’autres…

On rencontre aussi des asymétries de découpe sur les bords latéraux jouxtant l’ajour central, sans doute des défauts de fabrication, comme dans l’exemple suivant : « Stratosphère, Baignol & Farjon, 281 (France) ».

 

Ballon découpe.jpg

 Variations du jour.

En règle générale, le jour de la plume ballon se présente sous la forme suivante :Jour.jpg

  On notera toutefois certaines différences dans la largeur et la profondeur des bulbes antérieur et postérieur, ainsi que dans les trois dépressions centrales, sans qu’il soit vraiment possible ni judicieux d’en tirer une classification efficace.

Certaines plumes présentent sur l’ajour une dépression en forme de godet marquée au niveau de l’ovale postérieur : il s’agit entre autres des plumes

BAllon Godet.jpg

« Balloon, Hinks Well’s & C°, Stainless Steel, 2736 EF England », « Hinks Well’s & C°, Stainless Steel, England,  2736 F »,  et  « Super inoxydable E. Chevalier & Cie Chrominox N° 110 Liegeoise Fabn Anglse»

La seule exception connue est celle de la maison ‘’Callewaert Frères’’, 12 rue de la Fiancée à Bruxelles,  (1853-1953), qui dépose un brevet sur la marque avec un ajour particulier en forme de I latéral.

Jour Callewaert.jpg

Variations de couleur.

Le bronze prédomine, avec des nuances d’intensité du très clair au foncé opaque.  Certains auteurs distinguent les plumes couleur "chocolat".   En moindre quantité, la plume bleue, également graduée du clair au foncé, comme ci après, la plume « Baignol & Farjon Stratosphère  281 (France) » 39,85 mm.

Ballon bleue.jpg

 Enfin, des plumes ‘’blanches’’ non colorées, acier au carbone ou acier inoxydable brillantes, comme e.a. la plume « Balloon, Hinks Well’s & C°, Stainless Steel, 2736 EF England », représentée ci-dessus.

Variations du lettrage.

On distingue deux types de lettrage :

  -          sur les modèles anciens, les ‘’lettres à arrêt’’ (écriture anglaise, SERIF, ou écriture dite brisée):

 
 BAllon arrêt.jpg

-          sur les plus récents, les caractères ‘’bâton’’ (écriture dite française, SANS SERIF ou droite) :

Ballon bâton.jpg

 Ces deux types de caractères peuvent aussi être associés sur une même plume comme ci-dessous :

 

Ballon Arrêt & Bâton.jpg

  Les impressions inversées ne sont pas rares (lecture du texte par le revers).

Impression inversée.jpg