10/10/2012

CALLEWAERT

Tout calamophile possède en collection au moins quelques plumes de cette papeterie bruxelloise qui se tailla une solide réputation pendant près d’un siècle, tant pour sa mise sur le marché d’un grand nombre de plumes différentes que pour ses méthodes d’écriture.  Qui étaient donc ces FRERES CALLEWAERT dont le patronyme se décline en différents lettrages au fil du temps ?

Constant, l’aîné, voit le jour à Deerlyk, en Flandre Orientale, le 13 juillet 1827.  Il a 26 ans lors de la fondation de l’entreprise, en 1853. Pierre, son cadet de 2 ans, termine cette année là ses études d’instituteur à l’Ecole Normale de Lierre et Henry, le benjamin, né en 1831, poursuit suit sa trace dans le même établissement. En 1854, il obtient également son diplôme d’instituteur.

A sa création, l’entreprise, sise au 12 rue de la Fiancée – ruelle coincée entre les Boulevards Adolphe Max et Emile Jacqmain - à Bruxelles, est spécialisée dans la vente de fournitures de bureau.

Constant, qui a le sens inné du commerce et des affaires entend se développer rapidement.  Il s’estime à l’étroit au siège initial de l’établissement et déménage au début des années 1860 rue Fossé-aux-Loups.  Diverses factures témoignent de ses activités,  à cette adresse aux n°s 13, 13 & 15, 16 et 34.  A partir de 1880, la maison Callewaert Frères s’installe rue Saint Lazare  (56, 76 à 84, ensuite au n° 80 début 20ème ),  pour y poursuivre ses activités jusqu’en 1953.

 doc 1.jpgdoc 2.jpg








Les Callewaert n’hésitaient pas à se poser en ‘’Manufacturers of Classical Pens’’ et se déclarer première fabrique du pays alors qu’aucune plume n’a été manufacturée par leurs soins.  Elles étaient en majorité importées d’Outre Manche, et avec certitude de chez Leonardt, Hinks Wells et Perry E.S., comme en témoignent les diverses estampes des plumes Ballon gravées au nom de leur société.

doc 3.jpg

Les frères Callewaert ne reculent devant aucun argument publicitaire pour vanter les mérites de leur marchandise ; ainsi, ils se déclarent en 1898 ‘’Inventeur’’ de la plume à arrêt pour un modèle similaire à la Falcon, déposé par D. Leonardt & C° (n° 503) en 1884 !

Callewaert ne se contenta pas d'écumer le marché belge, pour preuves la boîte avec  la croix suisse et les trois  plumes avec caractères vietnamiens,  C.F estampés, presqu'identiques à la plume de la Compagnie Française ‘’plume de la Presse’’, n° 391. La similitude de leurs  initiales pourrait nous induire en erreur dans nos classements, tous les modèles n'ayant pas été répertoriés sur les présentoirs.

 C’est vers 1860 que la société commence à proposer des plumes gravées à leur enseigne.  Nous avons recensé 13 graphies différentes : CALLEWAERT, CALLEWAERT’S, CALLEWAERT FRERES, CALLEWAERT FRS TRAD MARK, CALLEWAERT FRS, CALLEWAERT FS, CT CALLEWAERT FRERES, C. CALLEWAERT FRERES, C. CALLEWAERT FRS, C.F. ou C.F, C F, BY CALLEWAERT et BY CALLEWAERT FRS. doc 4.jpgSur la publicité ci-contre, on peut lire, sur les plumes dessinées dans les coins inférieur droit  et supérieur gauche, la dénomination CALLEWAERT Fes, sans doute une erreur d’impression, car nous n’avons trouvé aucune plume gravée de cette manière.


On notera également que la maison ‘’fabriquait’’ pour d’autres clients.  Comment établir leur chronologie ou tout au moins reconnaître les plus anciennes ? 


Si l’on admet que la gravure apposée sur les plumes correspond à la dénomination de la raison sociale, en se référant aux dates des différents courriers et factures examinés, il apparaît que CT CALLEWAERT, C. CALLEWAERT FRERES, FRS ou FS, sont les plus anciennes et antérieures à 1882. Le CT ou C de Constant disparaît par la suite.

Difficile pour les autres graphies de les classer chronologiquement, en particulier pour BY CALLEWAERT et BY CALLEWAERT FRS.

 

 

Sur la lettre ci-dessous, datée du 12 octobre 1865, on retrouve, dans le coin inférieur droit, le logo d’une lyre et d’un carquois d’où dépasse une hache tribale, entourés de la banderole UNION – FORCE – HARMONIE, qui apparaît sur de nombreuses boîtes, logo qui sera repris pour le dépôt de marque le 26 mars 1880, non plus sous la mention CT CALLEWAERT FRERES – BRUXELLES, mais MARQUE DE FABRIQUE – DEPOSEE.

doc 5.jpg

doc 6.jpg

doc6.jpg

doc 7.jpg

L’entête  de ce courrier du 16 octobre 1875, indique que la maison C. Callewaert Frères, Imprimeurs-Editeurs,  est au N° 34, rue Fossé-aux-Loups.  Outre les mentions LIBRAIRIE CLASSIQUE – FOURNITURES DE BUREAU – PAPIERS EN GROS,  FABRIQUE DE PLUMES figure dans le troisième médaillon !

doc 8.jpg

Quelques années plus tard, les activités se diversifient : Etablissement géographique, ameublement d’écoles, fabrique de plumes, de crayons et de papier de luxe !  En août 1882, le n° de la rue est le 16.

doc 9.jpg

Nouvelle présentation pour le courrier sur cette lettre du 28 août 1895.  La maison est maintenant au 56 rue St Lazare, et la lithographie représentant les prestigieux bâtiments d’où émergent trois imposantes cheminées a vraisemblablement été inspirée par les fabricants anglais. La fabrique de registres s’ajoute à la panoplie des activités de la société.

 doc 10.jpg

Sur cette carte datée du 29 janvier 1908, les établissements sont définitivement installés au 80 de la rue St-Lazare.   On notera la publicité relative à un encrier de pupitre d’écolier, ENCRIER NATIONAL BRUXELLES déposé et adopté Callewaert Frères.

 doc 11.jpg

Sous l’occupation, au cours de la première guerre mondiale, les activités de la maison Callewaert ne sont pas interrompues. (Carte postale du 1er  Août 1917).

 

 

 

 

 

10:10 Écrit par ra51 - dans Lettre C : CALLEWAERT | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.