10/10/2012

LINTHOUT

Linthout                 Belgique, Bruxelles                          

 Ballon Linthout (39,71 mm) Bronze

117 1.jpg

 


Lettres bâton



Estampe de Müller type 2

117 1 est.jpg

117 pic.jpg 

 

 

 

 

 

 

Linthout, Blanche

117 2.jpg



Lettres bâton



Estampe de G.N.A. type 1

117 2 est.jpg

 

 

 

 

 

 

Linthout (39,37 mm) Bronze

 

117 3.jpg

 


Lettres bâton



Estampe de Soennecken type 2

117 3 est.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Linthout (39,37 mm) Bronze

118 1.jpg



Lettres bâton



Estampe de G.N.A. type 1

118 1 est.jpg






Linthout (39,41 mm) Bronze

118 2.jpg

 


Lettres bâton



Existe aussi avec le talon carré.

Estampe de Soennecken type 2

118 2 est.jpg







1047 EF Linthout Made in England, Bronze

118 3.jpg

 


Lettres bâton



Estampe de Hinks Wells type 3

118 3 est.jpg

 

 

 

 

 


C’est pour l’Ecole du Sacré-Cœur de Lindthout, Avenue des 2 Tilleuls à Woluwe-Saint-Lambert que les plumes Ballon Linthout figurées en pages 117 et 118 ont été manufacturées, respectivement par Müller, G.N.A., Soennecken et Hinks Wells.  Le Castel fut édifié de 1867 à 1869 par l'architecte gantois Florimond Vandepoele (1832-1875), à la demande de l'avocat bruxellois Auguste Beckers.

118 pic 1.jpg

Initialement construit en style néo renaissance flamande, le Castel constitue, par les transformations et agrandissements qu'il a subis dès 1898, un intéressant exemple de continuité du style néogothique appliqué à l'architecture civile au début du 20° siècle.  Passé aux mains du vicomte français René de Maupeou en 1889, il est acquis en 1898 par Charles-Henri Dietrich, banquier et homme d'affaires bruxellois, futur baron de Val-Duchesse, qui va imprimer sa marque au bâtiment, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

L'architecte Edmond De Vigne - celui-là même qui restaurera pour le compte de Dietrich le domaine de Val-Duchesse à partir de 1904 – fit exécuter les travaux de restauration en collaboration avec le peintre décorateur Jean Van Holder, connu notamment pour sa contribution à la rénovation du château de Gaasbeek aux côtés de Charles-Albert.

118 pic 2.jpg

Enfin, Charles Dietrich confia à l'architecte paysagiste Louis-Léopold Van der Swaelmen, - père de Louis, le célèbre concepteur des cités-jardins de Floréal, du Logis et du Kapelleveld - l'agrandissement et l'embellissement du vaste parc qui ceint le domaine.118 pic 3.jpg

Dietrich ne jouit pas longtemps de son bien. Ayant acquis l'ancien prieuré de Val-Duchesse à Auderghem en 1903, il cèda la même année Linthout aux Soeurs du Sacré-Coeur de Lille. 


Celles-ci venaient d'être chassées de France par l'application de la loi Combes qui privait les communautés religieuses du droit à l'enseignement.

 

Dès l'année suivante, les soeurs y ouvrent un pensionnat - l'actuel "Institut du Sacré-Coeur de Lindthout" (avec un "d") - et complètent l'ensemble par des extensions dont une imposante chapelle néogothique (1914-1919). 


Côté avenue Henri Dietrich, une aile moderne sortira de terre après 1950. Le Castel proprement dit, qui a hébergé les soeurs jusqu'en 1996, a conservé sa décoration intérieure telle qu'elle se présentait au début du siècle dernier. 


Il est depuis le printemps 2000 propriété de la commune de Woluwe-Saint-Lambert qui y a installé l'Académie de Musique, de la Danse et des Arts de la Parole.

 

 


118 pic 4.jpg

 (sources : Wikipedia & site web officiel du Sacré-Cœur de Lindthout)

10:14 Écrit par ra51 - dans Lettre L : LINTHOUT | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |